Interview de Cédric Manara - Empreintes 2011

KeepAlert.info :
« Cédric Manara, vous êtes professeur à l'EDHEC Business School et membre du LegalEDHEC Research Center. Vous animez la conférence coproduite par Keep Alert au Forum international pour le futur des marques qui a lieu à Bordeaux le 20 octobre 2011, sur le thème
« stratégie de la mar que sur Internet : opportunités et menaces » . Il y sera question d’identité des marques sur Internet via les noms de domaine. Pensez-vous que ce titre de propriété intellectuelle est perçu comme une chance ou un danger pour les entreprises ? »

Cédric Manara :
« Un nom de domaine n’est pas, juridiquement parlant, un titre de propriété intellectuelle. C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles il est encore négligé par des entreprises. Par habitude, par méconnaissance des enjeux, ou tout simplement par souci d’économie, elles estiment être suffisamment protégées parce qu’elles ont déposé des marques pour n’avoir pas à se poser la question des noms de domaine. C’est ainsi que se crée un terrain favorable aux fraudes… Lors de la conférence du 20 octobre prochain, plusieurs participants évoqueront leurs expériences, bonnes ou moins bonnes, en la matière ».

 

KeepAlert.info :
« Google joue un rôle majeur dans la publicité sur Internet. Les marques doivent elles avoir peur du programme publicitaire Adwords » ?

Cédric Manara :
« Google n’est pas la seule régie publicitaire à proposer des publicités contextuelles. Bing propose également un système de publicités par mot-clé. Amazon a son programme de liens commerciaux. Facebook une offre de « Sponsored Stories », etc. Ces outils ont en commun d’être facilement utilisables par tout annonceur, et en cela ils sont des moteurs possibles de développement, de la plus petite à la plus grande des entreprises : il ne faut donc pas en avoir peur ! Mais comme ils sont ouverts à tous et simples d’emploi, ils sont parfois instrumentalisés par des concurrents peu scrupuleux, qui cherchent à profiter de l’attractivité d’une marque qui n’est pas la leur. Ils associent alors une recherche sur une marque à la promotion de leur propre activité. La pratique est légale ou non, selon le contexte. L’atelier Keep Alert au Forum international pour le futur des marques 
 permettra à ses participants de mieux situer les enjeux, et les risques éventuels ».

 

KeepAlert.info :
« La partie sociale du web croit quotidiennement. Est-ce que la partie juridique a un rôle à jouer sur ce nouveau terrain ? »

Cédric Manara :
« Oh que oui ! Pour profiter au mieux des opportunités offertes par les plus populaires des réseaux sociaux, toutes les expertises sont bienvenues… y compris celles des juristes. Mais d’hommes et de femmes de loi qui n’ont pas constamment le doigt sur la gâchette, mais en connaissent finement le fonctionnement et les règles d’utilisation. Dit autrement, les entreprises ont intérêt à suivre ce qui se dit sur elles sur les réseaux sociaux, en adaptant leur réaction. Jusqu’ici elles savaient quand lancer une action en justice en cas d’atteinte à leurs droits ; elles doivent désormais apprendre à ne le faire que quand c’est vraiment nécessaire si on les critique sur Facebook, Twitter, Second Life… En cela, cet atelier s’inscrit pleinement dans la thématique du Forum Empreintes, qui est le futur des marques ! »


Pour en savoir plus :

  • Le site internet et le blog de Cedric Manara, professeur à l'EDHEC Business School et membre du LegalEDHEC Research Center
Vous souhaitez des informations supplémentaires suite à cet article ?
Contactez son auteur ou un expert Keep Alert.

+33 (0)5 57 26 44 55

contact

Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné aux opérations relatives à la gestion commerciale. Les destinataires des données sont le personnel de ProDomaines.

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à info[at]prodomaines.com .

Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant. Informations supplémentaires sur notre page de mentions légales.

Contact
···